Vous êtes ici : Accueil › Recherche
› RECHERCHER
Titre
Auteur
Mot-clé
Année avant
Année après
Plus d'options

› AFFINER

› RESULTATS DE LA RECHERCHE  
464 résultats › Tri  › Par 
collection_x
Source : MISHA

Des éleveurs à moto reviennent du village. Ils apportent le mouton qui sera cuit en l'honneur des festivités du nouvel an. Fevrier 1997. Hövsgöl, Bajanzürh.

Gaëlle LACAZE (1997)

Pour les Mongols, le "gras solide de la viande" est l'aliment nutritif par excellence. La viande sèche est donc réservée à l’alimentation quotidienne. Elle est hautement considérée et comporte un "parfum de fête". Sa consommation est obligatoire lors des différents rituels du cycle de vie ...

Voir plus d'informations | Voir la fiche de la ressource

Source : MISHA

Des commerçants dans l’âge de vigueur sont en attente d’un improbable client. Les hommes sont assis directement par terre tandis que la femme est debout. Août 1998. Övörhangaj, Arvajheer

Gaëlle LACAZE (1998)

Les commerçants ont une activité itinérante indispensable à leur approvisionnement. Beaucoup de commerçants mongols se fournissent en Chine, juste à la frontière ou dans les grandes villes du nord du pays. Une partie de la famille part en Chine acheter les produits que d'autres membres ...

Voir plus d'informations | Voir la fiche de la ressource

Source : MISHA

Les spectateurs du Naadam revêtent leurs plus beaux vêments. Tous portent leur deel, ceinturée et un couvre-chef. Les plus jeunes ont le chapeau de lutteur, les autres un chapeau "à la russe". Juillet 1998. Ömnögov’, Bulgan.

Gaëlle LACAZE (1998)

La victoire dans les courses est attribuée à cinq coursiers par catégorie. Elle est néanmoins annulée par l'éloge du perdant par excellence qui est prononcé dans les mêmes termes que pour le grand gagnant. De sorte que, dans les courses de chevaux mongoles, le grand gagnant est assimilé au ...

Voir plus d'informations | Voir la fiche de la ressource

Source : MISHA

Hivernage. Avril 1997. Övörhangaj, Harhorin.

Gaëlle LACAZE (1997)

Dans les conditions climatiques rigoureuses de la Mongolie, l’unité de référence se restreint au campement, regroupant quelques familles nucléaires, en moyenne, de trois à quatre yourtes. Les tâches se répartissent entre les membres du campement. Généralement, les hommes s’occupent des ...

Voir plus d'informations | Voir la fiche de la ressource

Source : MISHA

Dans l'alambic de distillation externe, le chaudron supérieur contient de l'eau froide et le chaudron inférieur sur lequel repose le fût, du cagaa, des résidus de laitages frais ou fermentés. Janvier 1997. Hövsgöl, Bajanzürh.

Gaëlle LACAZE (1997)

Aujourd'hui, les Mongols boivent différentes boissons alcoolisées : la bière commence à supplanter le lait de jument fermenté ajrag, tandis que la vodka a largement supplanté l’alcool de lait traditionnel dans les villes. On offre les premières gouttes de chaque bouteille aux esprits de la ...

Voir plus d'informations | Voir la fiche de la ressource

Source : MISHA

Éleveurs en activité : tonte du mouton. Ils sont assis sur la jambe droite, la jambe gauche levée. Mai 1997.Hentej, Bajan-Bulag.

Gaëlle LACAZE (1997)

Les « jambes courtes », moutons et chèvres, apportent le lait indispensable à la fabrication de la plupart des laitages, consommés frais en été et séchés, en hiver. Outre leur laine, leur peau sert à coudre des vêtements et à fabriquer courroies et sangles, essentielles dans les ...

Voir plus d'informations | Voir la fiche de la ressource

Source : MISHA

La table cérémonielle du Nouvel an se compose du sacrum et d’autres parts du mouton, des laitages posés sur un plat commensal à plusieurs étages et des thermos de thé. Janvier 1997. Hövsgöl, Bajanzürh.

Gaëlle LACAZE (1997)

Chaque visite constitue l’occasion d’un festin de viande sur l’os, accompagné de buuz et souvent bien arrosé. On y offre du thé contenant obligatoirement du lait, conservé depuis l'automne à cette fin ou obtenu des premières mise bas. Quand il survient tôt, le Nouvel an ouvre une ...

Voir plus d'informations | Voir la fiche de la ressource

Source : MISHA

Lors du Naadam des 10 000 chevaux, les coursiers porte un chapeau et un corset de course officiels. Les cavaliers n’ont pas de chaussure afin d’être plus légers. Les jeunes cavaliers sont accompagnés des entraîneurs au moment de franchir la ligne de départ. Août 1998, Övörhangaj, Harhorin.

Gaëlle LACAZE (1998)

L’enfant porte un costume spécifique pour les courses, généralement une dèèl. Il ne porte pas de chaussure car l’équipage doit être léger, la plupart des enfants montant à cru ou avec des selles rudimentaires, sans étrier. Pour tout ustensile, l’enfant cavalier utilise une cravache ...

Voir plus d'informations | Voir la fiche de la ressource

Source : MISHA

Un homme distribue des aliments riches au printemps pour que le bétail reprenne des forces à la fin de l’hiver. Cette activité est traditionnellement un travail de femme mais cet homme occupe la place d'une femme dans son foyer. Février 1999. Hövsgöl, Bajanzürh.

Gaëlle LACAZE (1999)

Sur le campement et entre les membres du groupe domestique, la division du travail est très précise. Hormis quelques exceptions, les activités masculines sont liées à l’économie du cheval, à la reproduction du troupeau et à la tonte. Dans le nord du pays, où les altitudes sont les plus ...

Voir plus d'informations | Voir la fiche de la ressource

Source : MISHA

Un jeune ouvrier halh en vêtements modernes et en tenue de travail est accoudé sur un tracteur. Juillet 1994. Hövsgöl, Hatgal.

Gaëlle LACAZE (1994)

Le chômage touche surtout les jeunes hommes. Au tournant des années 1990, la restructuration sociale et économique du pays a entraîné un exode rural augmenté à l'entrée dans le XXIe siècle par 4 ans de catastrophes naturelles. Or, le chômage touche surtout les citadins. D’après la ...

Voir plus d'informations | Voir la fiche de la ressource